Partagez | 
 

 Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Lun 3 Aoû - 16:39



Thomas sentit son pantalon se serrer. En même temps, quelle idée de mettre ce slim ! Bien entendu, ça mettait ses formes en valeur, et le jeune homme aimait ça. Mais là, elles étaient un peu trop prononcées. C’en était presque gênant. Il essaya tant bien que mal de redresser son sexe contre son ventre discrètement, mais ce ne fût pas chose facile. Le voir gigoter sur son siège de métro, ça devait pas être méga discret. Heureusement pour lui, il ne faisait pas très chaud aujourd’hui– sauf dans la région de son nombril –, il avait donc mis un pull à capuche qui dissimulait plutôt bien l’ensemble.

Un jeune homme, d’à peu près son âge, était assis non loin de lui, quelques banquettes plus loin. Même si Thomas le regardait – bon, en fait, il le matait… – depuis plusieurs minutes avec envie, l’autre ne semblait pas décoller son visage de la vitre, des écouteurs vissés à ses oreilles. En plus, c’était pas intéressant, ce qu’il se passait dehors. Trop de brouillard pour distinguer quoi que ce soit. Il devait plutôt être dans ses pensées.

Bah, ce serait comme d’habitude, pensa Thomas. Encore un beau mâle pour qui le sort à mal choisi ses préférences… Pourtant, Thomas était un beau garçon, plutôt sexy et séduisant. Son visage était à la fois doux et ténébreux  et les petites mèches de ses cheveux noirs qui tombaient à hauteur de ses yeux rendaient folles la plupart des filles. Mais elles ne l’intéressaient pas. Du reste, il était de taille moyennement grande, plutôt bien bâti. Et assez bien membré, aussi.  

Sexy et séduisant, on pouvait en dire autant de lui, pensa Thomas. Il aimait bien reluquer les mecs dans le métro. Parfois, certains garçons le faisaient bander direct. Comme lui. Il n’avait alors qu’une envie, c’était d’assouvir ses besoins, ou, mieux encore, de se les faire assouvir. Mais bien entendu, il était en public, il essayait donc de contrôler son érection. Dix-neuf centimètres, c’est pas discret, par contre… La plupart du temps, il y arrivait, il suffisait de regarder autre part. Mais là…

Thomas n’arrivait pas à détacher son regard de ce garçon. Pas plus n’arrivait-il à faire baisser l’excitation qui faisait battre son cœur de plus en plus fort et dresser son pénis de plus en plus haut. Ce n’était pas possible, son pantalon allait finir par s’ouvrir, par exploser. Il fallait qu’il tente un truc ! Et l’autre qui ne se rendait compte de rien, en plus.

La place devant le garçon se libera alors que la rame arrivait à un autre arrêt. C’était le moment d’agir. Thomas se leva discrètement et se dirigea vers cet être tant convoité. La rame se remit en route et gagna en vitesse, et alors qu’il allait atteindre la place, une violente secousse ébranla le wagon et le fit voler en l’air – Thomas eut juste le temps d’agripper la première personne qui lui tomba sous la main pour garder un semblant d’équilibre. Puis, il s’écrasa en projetant des débris métalliques un peu partout.

Thomas étonnamment était resté conscient. Il sentait un corps en-dessous de lui, et des débris au-dessus. Il était coincé. Son ventre – avec son érection plus présente que jamais – était contre la personne qui se trouvait là. Il essayait d’un peu reculer sa tête pour voir de qu’il s’agissait…



Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !



Dernière édition par Matthias Speth le Dim 14 Fév - 11:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan Knight

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/11/2014

Carnet de bord
Unité:
Âge du personnage:
Missions effectuées: 0

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Dim 9 Aoû - 18:49

Je suis le même Soan Knight. Celui qui est né à Mackay en Australie. J'ai été abusé sexuellement par mon moniteur d'équitation quand j'étais petit. J'ai vu mon grand frère se faire violer par la même personne. Je ne lui en ai jamais parlé. J'ai vu ma mère se suicider sur la plage à côté de chez nous quand nous étions gamins. Je revois très bien son corps disparaître sous les vagues alors qu'elle était recouverte de sa chemise de nuit blanche ivoire. J'ai découvert le corps de mon père sanglant dans les rues de la ville avec mon frère, il avait été poignardé par un de ses collègues du trafic de drogue pour lequel il travaillait. Il n'avait pas aimé que ces hommes nous fassent toucher à la drogue mon frère et moi.

Je suis ce même Soan Knight que vous connaissez déjà. Sauf qu'à la mort de mon père, CHERUB n'existait pas. Il n'a jamais existé dans cette vie. Avec mon frère, nous avons été envoyés dans un orphelinat miteux australien. L'ambiance était glauque et les autres enfants s'en prenaient toujours à nous comme nous étions les nouveaux. Mon frère me protégeait de ces attaques et il apprit à se battre très vite. Moi, j'étais faible et je le suivais partout où il allait. Nous allions à l'école, c'était très ennuyeux mais ça nous changeait de l'ambiance pourrie de l'orphelinat. Nous étions déjà trop vieux pour être adoptés, nous savions que nous passerions le reste de notre enfance ici, jusqu'à nos 18 ans...

Un jour j'étais dans le parc de l'orphelinat et je jouais sur la balançoire, tout seul. Les autres enfants faisaient leurs devoirs avec les assistants sociaux, moi je les avais terminé en cinq minutes, comme d'habitude. Mais un grand costaud qui me détestait, du dortoir d'en face, vint s'approcher de moi. Il était jaloux de mes bonnes notes à l'école car j'étais toujours dans les bonnes grâces des professeurs, contrairement à lui. C'est alors qu'il s'attaqua à moi et qu'il me défonça la gueule en beauté. J'étais amoché, il me laissa dans le parc gisant par terre, en pleurs. Mon frère arriva, il essayait de me consoler mais c'était la triste vérité : il ne pouvait pas toujours être là pour moi. Alors que je pleurais sur lui, je lui avoua ce lourd secret que j'avais porté toute mon enfance... Je lui dis ce que j'avais vu, au centre équestre. J'avais vu ce que le moniteur lui avait fait. Je savais tout parce-qu'il m'avait fait la même chose à moi aussi, chaque semaine. Je ne m'étais pas débattu comme lui. Il me prit dans ses bras et me berça. On était une vraie famille, même si on était que deux, on veillait l'un sur l'autre. Et je m'étais enfin libéré de ce secret qui commençait à me détruire. Sans le mode de vie cherubien, ponctué de missions et d'adrénaline, j'avais trouvé le temps de parler à mon frère des choses importantes. Non seulement ça allait lui sauver la vie, à lui, mais à moi aussi, bien plus tard... J'allais pouvoir me reconstruire.

Lorsque mon frère eut 18 ans, il put quitter l'orphelinat. Comme on l'avait décidé avant, il fit les démarches nécessaires pour devenir mon tuteur légal - il ne pouvait pas me laisser seul ici, même si j'avais appris à me défendre seul, il savait que c'était une vie de merde pour un gosse. Alors il m'emmena avec lui. On était deux gamins pauvres et sans ressources, mais mon frère travaillait beaucoup et on arrivait à vivre. Mais on étouffait ici... On voulait voir plus loin. Voir l'Angleterre...

Je travaillais aussi avant ma majorité et à force d'économiser, mon frère et moi partîmes à Londres. Pour quitter ce pays où on avait tant souffert. On ne voulait plus vivre ici, on voulait s'affranchir de notre passé. Mais Londres c'est une ville très chère et on n'avait aucune ressource... On vivait dans la rue. Mais on s'en foutait, on était libres, et on était ensemble. On travaillait toujours, et mon frère rencontra quelqu'un au travail - une Australienne. Il tomba amoureux. Il repartit vivre là-bas avec elle. Ils étaient heureux. Moi, un de mes collègues me fit découvrir le théâtre. Il me sortit de la rue.

Aujourd'hui, je travaille dans une compagnie de théâtre et je pars en tournée de temps en temps. J'ai des revenus très aléatoires mais j'arrive à me débrouiller. J'habite dans un foyer de jeunes de Londres et ça craint, mais je sais me battre aujourd'hui et peu de gens osent me chercher. Le théâtre c'est le moyen d'expression qui me fait sentir vivant, qui me fait oublier mon quotidien et les difficultés de la vie - mon passé. Je suis heureux en scène, et à présent j'aime bien ma vie. Elle pourrait être meilleure, car je n'ai jamais connu l'amour et je n'ai jamais été attiré par qui que ce soit. Mais elle pourrait être bien pire, aussi...

Je suis revenu d'Australie hier soir. J'étais retourné dans mon pays pour le mariage de mon frère. C'était fantastique de le voir heureux comme ça. Ca m'a réconcilié avec mon pays de naissance. Mais je sais qu'à présent, ma vie est à Londres. Loin des miens, mais c'est mon destin. Je sais que mon frère est heureux sur l'autre continent et c'est ce qui compte le plus pour moi. Il a trouvé un travail décent et il a même monté des échelons - il devient important et il a plus d'argent qu'il n'en a jamais eu. Il le mérite. Moi, je n'ai toujours pas d'argent, mais j'ai un toit et un métier qui me plaît. Ca me va. J'ai atterri à Londres hier, ce matin je pars au travail. On répète pour une toute nouvelle pièce avec la troupe, et mon rôle m'inspire beaucoup.

Aujourd'hui, j'ai 20 ans. J'en aurai 21 au mois de novembre. Aujourd'hui, dans cette autre vie, je suis passé sous un train. Et je suis mort. Mais dans cette vie, dans ma vie, CHERUB n'existe pas et je verrai l'aube de mes 21 ans. Aujourd'hui, ne n'ai pas fait le tour du monde, je n'ai pas vécu toutes ces expériences incroyables, mais je suis en vie. Et bientôt, je vais le sentir plus que jamais.

Je suis dans le métro qui m'emmène au travail. Comme d'habitude, j'ai mes écouteurs vissés dans mes oreilles. Je ne vois rien ni personne. Je suis dans ma bulle, je me vide de mes pensées avant d'arriver au théâtre car je pourrai m'immerger plus vite dans mon personnage. Un homme s'approche de moi, je ne le remarque même pas. C'est alors que la rame de métro s'ébranle et finalement est projetée avec violence à travers la ville. Je ne comprends pas ce qui se passe mais des débris métalliques me coupent la peau et m'ensanglantent le visage. La douleur est intense et je perds connaissance.

Je me réveille peu de temps après, collé sur quelqu'un. Mon esprit embrumé ne comprend rien à ce qui se passe. J'ai un mal de crâne épouvantable. Je sens quelque chose de dur sur ma cuisse. Son odeur se mêle à celui du sang, et pour la première fois de ma vie, mon engin de 27 cm et demi commence à se dresser sous mon jean déchiré. A cause des sévisses de mon enfance, je n'ai jamais eu de libido. C'est la première fois, et je sens du sang affluer à ma tête, ça me donne le tournis mais en même temps je me sens profondément vivant.

J'entends les secours arriver. Ils prennent en charge les blessés, un à un. Lorsque je croise le regard de l'homme qui se trouvait collé à moi, quelque chose s'électrise en moi. Dans peu de temps, ma vie va prendre un nouveau tournant.



Spoiler:
 


Dernière édition par Soan Knight le Dim 31 Jan - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Mer 12 Aoû - 21:26



Alors même qu’il posa son regard sur ce magnifique garçon, celui-ci reprit conscience et ouvrit doucement les yeux. Ce n’était pas la seule chose qui se réveillait d’ailleurs. Alors même que son érection pressait la cuisse de l’autre, il sentit quelque chose fourmiller au niveau de son torse, grandir, partir vers de nouveaux horizons. Ça n’avait pas l’air petit en plus… De quoi monter l’excitation d’un cran encore, si c’était possible. Les yeux de Thomas étaient toujours rivés sur lui. Même dans cette situation chaotique, il n’arrivait pas à se détacher de lui. Ça ne  lui était encore jamais arrivé avec une telle force… Il ne remarquait même pas que les secours étaient arrivés. En même temps, il était habitué au son des sirènes, peut-être ne le remarquait-il même plus.

Qu’avait-il de si particulier, ce jeune garçon ? Thomas n’en savait rien. Il avait déjà craqué sur des mecs, mais lui… Il n’était pas mannequin, mais il avait  quelque chose de si particulier qui faisait palpiter son cœur et accentuer sa respiration. Ça aussi, l’autre devait le sentir. C’est peut-être ça, d’ailleurs, qui lui fit tourner le regard. Thomas crut fondre sur place, mais ça ne semblait être rien en comparaison avec ce qu’il se passait dans la tête du jeune homme en face de lui. Un choc. C’était le mot. Une étincelle… Une explosion. Non, ça, c’était peut-être un peu prématuré. Quoique, Thomas était tellement excité qu’il aurait très probablement pu tout déverser d’un coup s’il n’avait pas appris à se contrôler.

Clairement, il n’avait pas envie d’être interrompu. Ça ne se faisait pas dans un moment pareil. Il trouva assez de force pour dégager la pièce de métal qui le bloquait et aida le jeune homme à se relever en lui tendant la main. Sentir ses doigts toucher sa paume… Il ne savait pas combien de temps encore il allait tenir comme ça. Pas très longtemps. Mais il pensait avoir une chance de séduire le garçon… Si ce n’était déjà fait. Avec son expérience d’infirmier et d’ambulancier urgentiste, il pouvait le soigner lui-même, et cette idée hautement excitante finit presque de lui faire tout cracher.

Il plongea  ses yeux dans ceux de celui qui se tenait en face de lui – en fait, il ne les avait jamais quitté – et finit par ouvrir la bouche. Il avait du mal à trouver ses mots, mais son ton était assurément sensuel et joueur. C’était une invitation qui ne pouvait décemment se refuser.

« Je… Je suis infirmier… Je… peux te soigner… chez moi, si tu veux. J’habite à deux pas d’ici… »

Avant de lui servir son sourire le plus craquant. Non, vraiment, il n’y avait pas moyen de résister à ça. D’autant plus que tout ceci n’était absolument pas joué. Tout s’était fait « naturellement ». Comme pour finir de convaincre l’autre, Thomas cru bon d’ajouter :

« Ce sera… plus agréable chez moi, je crois. »


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !



Dernière édition par Matthias Speth le Dim 14 Fév - 11:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan Knight

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/11/2014

Carnet de bord
Unité:
Âge du personnage:
Missions effectuées: 0

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Dim 31 Jan - 22:56

Soan avait des frissons, il ne sentait pas de douleur à un endroit déterminé mais était secoué de spasmes douloureux. Il saignait à certains endroits, était déchiré à d'autres, mais au fond il ne souffrait d'aucune fracture. Il s'était juste fait un bon traumatisme crânien en se cognant sur la structure métallique du siège du garçon d'en face - celui qui le regardait fixement depuis un bout de temps... Et chacun savait qu'un trauma crânien, il n'y avait rien d'autre à faire que rester bien au calme et attendre que ça passe.

Et puis Soan était déchiré entre son mal de crâne et son hypnose pour ce gars. Il n'arrivait pas à définir quoique ce soit, son âge, son caractère, ni pourquoi il lui avait fait dressé sa bite qui s'était rarement relevée dans sa vie. Tout était embrumé dans sa tête, autant par l'accident que par cette rencontre inattendue. Il ne comprenait pas grand chose à la situation - rien en fait - mais le gars en question - miraculeusement infirmier - lui proposa d'aller le soigner chez lui ! C'était une opportunité en or, vu le nombre de blessés dans cet accident au beau milieu du centre londonien, il pouvait encore attendre des heures pour se faire soigner. Avec cet homme, il serait vite pris en charge, et... en réalité il n'avait même pas envisager de refuser. Comme s'il était happé par des limbes de désir inconnu.

L'inconnu l'aida à se lever, et à ce moment le crâne de Soan explosa en deux morceaux distincts. Il vomit subitement sur le siège d'à côté, là où était assis le garçon pendant le trajet. Il se racla la gorge en titubant, les effets du trauma crânien commençaient à se faire sentir. A part ça, il n'aurait rien d'autre que des déchirures superficielles et des contusions. Soan s'essuya furtivement la bouche et sourit à son sauveur. Oui, ce serait certainement plus agréable. Punaise, le regard de l'autre avait un côté tellement hypnotique que malgré son état général, l’engin de So' restait toujours dressé. Est-ce que c'était la conséquence du trauma crânien ? Rien n'était moins sûr...

Soan fit attention de marcher lentement sans trop d'à-coup pour préserver ce qu'il sentait encore de sa tête. Étrangement, lorsque son regard restait scotché sur celui de l'autre, il oubliait tout le mal du reste de son corps et il était un peu comme flottant sur un nuage... Comme s'il avait pris de la morphine, alors qu'il n'en avait pas eu une goutte.

Le gars ne devait pas habiter très loin car ils parvinrent à rejoindre le logement à pieds - en revanche, So' avait totalement perdu la notion du temps, il n'avait aucune idée de la distance parcourue... Mais ils étaient arrivés. So' n'avait encore jamais été trimbalé ainsi chez un total inconnu, c'était une première pour lui mais il ne se posait aucune question. Il se laissait guider par cet homme au halo magique qu'il aurait suivi au bout du monde.

" - Tu bosses où du coup ? "

Bah oui, s'il était infirmier, il devait bien travailler quelque part... Hôpital, clinique privée, n'importe. Soan se demandait si au fond, c'était un vrai infirmier. Mais il  ne voulait pas vraiment le savoir... Juste rester dans cet état de béatitude inégalable. Il n'avait jamais eu l'esprit aussi vide, aussi libéré de toutes ses souffrances. Même au théâtre. Même sous morphine. C'était ce gars... Il était magique. Oui, So' divaguait un peu à cause du trauma crânien, légères hallucinations, mais ça ne pouvait pas faire de mal en l'état actuel des choses...

" - Au fait, moi c'est Soan. "

Quitte à être invité chez un inconnu... Autant lui donner son prénom. Il resta planté devant lui, prêt à se soumettre à tous ses ordres. Il allait le soigner, il pouvait donc faire tout ce qu'il voulait de son corps. Soan, encore hypnotisé, lui faisait pleinement confiance pour le rafistoler...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Ven 12 Fév - 19:10


C’est avec plaisir que le jeune homme accepta son invitation. Cet accident était une réelle aubaine pour Thomas. Cette fois-ci, c’était la bonne. Il le sentait. Sa libido n’avait jamais été aussi haute, et elle promettait de grimper encore quelques marches dans les heures à suivre. L’infirmier s’approcha de lui pour l’aider à le remettre sur pattes, et pouvoir le toucher encore. Chaque contact était électrisant. Et chaque fois, il sentait une pulsion sanguine dans son entre-jambes.

Se relever fût un choc pour l’autre, néanmoins, qui s’écroula par terre et se vida de ses trips à nouveau. Thomas savait que ce n’était pas très grave, il avait déjà vu ça de nombreuses fois en tant qu’infirmier. Le garçon frotta sa bouche et lui fit un sourire timide qui fit presque baver Thomas. Qu’avait-il donc de si particulier ? C’était incompréhensible, mais tellement agréable et le jeune homme resta ainsi pantois pendant quelques secondes avant de se ressaisir. Il prit son coup de foudre par les épaules et le supporta pour s’écarter des décombres environnants et le traîner chez lui.

Heureusement, ils n’étaient pas très loin de chez lui. Thomas avait encore une ou deux stations à faire, mais son attention s’était portée sur autre chose dans le métro. Il regarda l’autre pour voir s’il était en état de marcher, et ça semblait aller. Thomas aperçut une  bosse très évidente dans son pantalon. Il fallait vraiment arriver vite chez lui, le jeune homme n’en pouvait plus. Il avait l’impression qu’il allait tout cracher dans son caleçon. Il se retenait tant bien que mal.

Enfin, ils arrivèrent dans son appart, qui n’était pas énorme, mais plutôt confortable. Il vivait bien ici et était globalement heureux. Le garçon lui posa une question et se présenta. C’est malin. Ils ne s’étaient même pas dit comment ils s’appelaient auparavant. Soan. Joli prénom.

« Va donc t’installer confortablement dans le fauteuil. Je vais chercher mes affaires. » Thomas répondrait à ses questions après. Ils pourraient discuter pendant qu’il le soignait. Il rentra quelques secondes dans sa chambre, prit son sac à dos qui contenait tout son matériel, et alla le poser près du bel homme. Il fit ensuite un crochet par la cuisine pour prendre un verre et une bouteille d’eau. Il était prêt à s’occuper de Soan. Une fois revenu dans le salon, il se présenta enfin.

« Moi, c’est Thomas. Enchanté, So’ » Oui, directement, un surnom. C’était plus chaleureux, non ? Il s’accroupit près du garçon, au niveau de son visage, comme ça l’autre pouvait rester couché, et même le mater s’il le voulait. Et il le voulait d’ailleurs. Thomas le voyait bien. Et il en était très heureux. « Je suis infirmier, mais je n’aime pas mon boulot. Je suis dans un groupe de musique, et j’espère qu’on aura assez de succès bientôt pour me consacrer là-dedans. »

Petite pause. Thomas observa son hôte. Il avait vraiment  une grosse bite. Il allait s’amuser, tiens. Il avait du sang au niveau de sa tête, et l’infirmier commença à analyser son crâne. Il devrait ensuite voir le corps du garçon pour s’assurer qu’il n’avait rien… Et parce qu’il brûlait d’impatience de le voir nu, aussi…

Soan s’était ouvert à l’arcade sourcilière et du sang avait abondamment coulé – c’était une zone sensible. Mais la blessure n’était pas trop grave, il devrait simplement poser trois points de suture.  Son crâne n’avait l’air d’avoir rien. Il s’attela à la tâche, en endormant d’abord la zone au-dessus de son œil droit. Tout en s’exécutant, il discuta avec le jeune homme. Il s’y prenait de manière infiniment délicate, il ne voulait surtout pas lui faire mal ou le blesser encore d’avantage.

« Et toi, tu fais quoi dans la vie ? » lui demanda-t-il, tout sourire.  Mon beau gosse, aurait-il voulu ajouter, mais il ne voulait pas brusquer l’autre. Sa bite bandée depuis une heure était assez claire, non ? Ça commençait à lui faire mal, d’ailleurs. Il était temps de passer aux choses sérieuses.

Une fois qu’il eut fini, il devait passer à la suite. Il lui fit un bandage tout autour du crâne au niveau du sourcil qu’il venait de recoudre, puis lui annonça ce qui devait arriver, non sans une pointe d’excitant et de plaisir qu’il ne cherchait même plus à dissimuler dans sa voix.

« Je vais devoir inspecter le reste de ton corps, pour voir si tu n’as rien de grave. Mais pour ça… » expliqua Thomas en le toisant bien du regard, surtout au niveau de son sexe, « Tu vas devoir te déshabiller… » finit-il avec un sourire coquin.


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !



Dernière édition par Matthias Speth le Dim 14 Fév - 11:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan Knight

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/11/2014

Carnet de bord
Unité:
Âge du personnage:
Missions effectuées: 0

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Sam 13 Fév - 2:05

L'inconnu invita finalement Soan à s'installer confortablement. Ce dernier ne se fit pas prier et s'allongea confortablement dans le fauteuil moelleux de son hôte. Aucun doute, cette position était parfaite pour lui : sa tête lui faisait tout de suite moins mal. Alors que l'homme partit chercher son matériel, Soan ne put s'empêcher de le suivre des yeux, en particulier son postérieur lorsque l'autre se détourna. Le dos de cet homme était particulièrement agréable à regarder, et So' se surprit à imaginer à quoi pouvait bien ressembler ce qu'il y avait en dessous des vêtements... Sûrement une hallucination due au choc, encore une fois. C'était en tout cas bien plus simple pour lui de s'imaginer ça...

En revenant, Soan était plongé dans des limbes légères et avait un peu décollé de la réalité. Son engin était retombé et il n'avait plus beaucoup de tension dans son corps à présent. Mais l'autre revenait et se présenta dans les formes, avec beaucoup de chaleur. Thomas. Prénom banal mais que Soan n'était pas prêt d'oublier. Lorsqu'il l'appela par un petit surnom - personne ne l'avait appelé ainsi - sa tension corporelle revint et l'excitation se logea de nouveau dans ce muscle longiligne qui n'attendait que ça. Une proximité des plus excitante se formait alors que l'infirmier commençait à recoudre le blessé. Il était bon dans son métier, mais il serait sans aucun doute encore meilleur sur scène. Un homme sûr de lui, passionné... La pression du pantalon de Soan commençait à lui faire mal. Toutes ces sensations étaient purement inédites pour lui, dans toute leur intensité. L'odeur de l'autre, qui était penché si près de son visage pour l'acte chirurgical. Ses yeux concentrés, les formes de son visage. De son corps. Soan ne bougeait pas mais sa respiration s'était légèrement accélérée. Sous le coups de la douleur, sûrement. Mais pas uniquement...

" - Je suis comédien. "

Rien de très excitant de ce côté là. Soan avait répondu un peu dans le vague, il ne cherchait absolument pas à cacher son regard qui se baladait sur le corps entier de son interlocuteur, s'attardant dans les moindres détails tout en désirant ardemment le découvrir dans sa globalité. Il ne cherchait ni à comprendre, ni à se maîtriser. L'état embrumé dans lequel il se trouvait l'en empêchait, et puis c'était bien agréable.

Soan crut déceler une étincelle d'envie dans le regard de l'autre, quand il lui demanda de se déshabiller. Mais il chassa rapidement cette idée de sa tête : il ne faisait que son travail, et avec sérieux. Pas un seul instant il n'envisageait que sa propre excitation pouvait être partagée. En fait, il ne regardait même pas le sexe de Thomas qui devait être aussi tendu que le sien. Il regardait tout le reste de son corps, sans s'attarder. Comme une curiosité nouvelle, un apprentissage lent du plaisir. Qui commençait par les yeux...

Soan s'exécuta bien sagement. Il retira d'abord son t-shirt avec précautions, pour éviter de mettre à mal ses muscles douloureux. Le morceau de tissu découvrit très lentement son torse musclé et bien dessiné, ainsi que ses bras proportionnés et secs. Il passa une main rapide dans ses cheveux pour replacer une mèche qui s'était posée devant ses yeux. Puis il retira son pantalon, toujours avec la même lenteur précautionneuse, découvrant ses jambes sportives. Le reste était recouvert d'un boxer tendu à bloc, il ne lui semblait pas utile de le retirer car il savait pertinemment qu'il n'était pas blessé à cet endroit là.

Il avait des coupures qui avaient saigné çà et là, mais aucune n'était profonde. Ces égratignures allaient cicatriser naturellement, de même que les hématomes qui zébraient son torse et son bras droit. Après ces quelques observations, Soan s'avança vers Thomas pour le laisser vérifier ce qu'il pensait : il n'y avait rien d'autre à soigner dans l'immédiat. A part du repos pour sa tête. Ce qu'il avait tout le temps de faire plus tard. Il en avait même oublié ses obligations professionnelles, et ses collègues qu'il laissait dans la mouise pour la journée. Rien n'avait d'importance. Car il lui semblait que Thomas baissait sur lui un regard entêtant. Soan était encore une fois hypnotisé par son regard, sauf qu'il n'avait plus envie de lutter comme tout à l'heure. Il n'avait rien dans la tête à part céder à son désir inexplicable.

Il aurait bien voulu lui demander si tout allait bien, mais il n'avait pas franchement envie de se rhabiller. Il ne voulait pas retrouver la pression blessante de son jean sur son engin démesuré. Il ne l'avait jamais vu comme ça, même s'il tenait encore sous le fil du boxer. Soan se contenta de fixer Thomas d'un regard brûlant. Prêt à commencer à découvrir plus en détails cet être inexploré qui l'attirait comme un amant. Il n'avait plus grand chose dans la tête...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Ven 19 Fév - 20:55



Soan se releva avec d’infinies précautions pour pouvoir ôter ses vêtements avec une lenteur mesurée pour ne pas aggraver ses plaies. Thomas se délectait de tout ce qu’il pouvait observer, les gestes de l’autre, son corps qui se dévoilait petit à petit, l’envie et la tension qui grimpaient à des sommets visiblement inatteignables.

Le garçon avait un beau corps, bien bâti, plutôt musclé, mais rien d’excessif. C’était parfait. Il n’était pas trop poilu, mais sa ligne du désir qui encerclait son nombril et descendait jusqu’à son pantalon – qu’il était en train de retirer – donnait envie à l’infirmier de se jeter sur lui et de l’embrasser fougueusement, de pouvoir le caresser avec une violente sensualité. Il savait néanmoins qu’il devrait s’y prendre avec douceur. Non seulement parce qu’il était blessé, mais aussi parce que l’homme en face de lui était inexpérimenté. Malgré son air ténébreux, il faisait preuve d’une naïveté et d’une inexpérience des plus attendrissantes. Le rêve… Pouvoir initier quelqu’un à cet art si subtile à mi-chemin entre la tendresse et la sauvagerie, mais tout droit vers le septième ciel.

Le blessé enlevait à présent le bas. Ses jambes étaient musclées et semblaient puissantes. Ce garçon avait l’air tellement parfait… Physiquement parlant, en tout cas. Mais Thomas avait un bon feeling. Le visage de Soan laissa passer une grimace de soulagement, et pour cause, son énorme piquet – il donnait presque le vertige – était enfin libre. Presque du moins, puisqu’il ne retira pas son boxer, pourtant tendu à bloc. Quelques poils pubiens dépassaient.

Thomas était un peu déçu bien sûr, mais il ne le montra pas. Il le retirerait lui-même, ce boxer. Mais pas maintenant. Il n’était pas encore temps, il fallait absolument que cet état d’extase se prolonge pour finir dans une explosion de plaisir. Il se devait d’abord d’observer ses blessures, qui, heureusement, semblaient dans l’ensemble superficielles.

« Je vais te mettre de la pommade pour qu’elles cicatrisent plus vite, mais recouche-toi, d’abord… », expliqua l’infirmier, avec ce même air coquin. Soan finirait par comprendre, sans doute. Il crevait d’envie d’enlever, à son tour, ses vêtements, mais préférait que l’autre prenne l’initiative. Il brûlait à l’intérieur, et transpirait à grosses gouttes. Son cœur battait la chamade.

Il se dirigea, au lieu de cela, vers son sac et y prit un petit pot qu’il ouvrit délicatement. Il couvrit ses doigts de la substance, et commença à l’étaler avec soin et attention sur le sang. Elle ne piquait pas, normalement, mais procurait, au contraire, une agréable sensation de chaleur. Pas que cela fût nécessaire… La peau de Soan était brûlante. Chaque contact provoquait une sorte de décharge électrique qui accélérait la circulation du sang.

Ses jambes n’étant que très peu touchées, il se concentra sur le dessus. D’abord dans le cou – qu’il avait tellement envie de toucher de ses lèvres, et il s’en retenait à grande peine –, puis les épaules. Il descendait lentement le long de son corps. Il s’occupa ensuite de son torse. Sa poitrine gauche avait été tailladée par un bout de métal, sans doute.

« J’espère que tu es vacciné contre le tétanos… », avant de commencer à jouer avec son téton tout en étalant la crème du bout de ses doigts. Il titilla un petit peu la zone sensible, qui durcit légèrement, avant de passer à la suite. Ses bras avaient de multiples égratignures sur lesquelles il s’attarda moins.

Il était temps de passer aux choses sérieuses. Il dirigea ses doigts vers son nombril et effleura la longue ligne rougeâtre qui descendait jusqu’à quelques centimètres au-dessus de son sexe, dont Thomas ne pouvait s’empêcher d’admirer la grandeur.

Il fit des petits ronds pour finir ce qu’il avait sur les doigts et descendit lentement, très lentement vers cette zone tant convoitée. Il ne s’arrêta pas à la fin de la blessure, mais continua. Il laissait le temps à Soan de protester, de l’arrêter si l’envie l’en manquait – mais ça, Thomas en doutait très fort – et avança donc sur le chemin du bonheur intense…


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan Knight

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/11/2014

Carnet de bord
Unité:
Âge du personnage:
Missions effectuées: 0

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Lun 11 Avr - 19:56

Soan obéit comme un enfant devant son maître. Comme l'enfant qu'il n'avait jamais cessé d'être. En fait, c'était la seule place où il se sentait rassuré, en sécurité. La seule place où il se sentait bien : lorsqu'il obéissait simplement, et que par son obéissance l'autre était heureux. C'était là qu'il n'était plus rongé par le tourment intérieur. C'était comme retrouver son état naturel. Il était le jouet de Thomas, et, en plus de le mettre dans un état de plénitude absolu, ça l'excitait comme jamais. Il n'avait jamais eu tant d'envies qu'en ce moment. Et ça s'accentuait au fil du temps...

Il se recoucha docilement sur le canapé. Où était-ce un lit ? Il ne savait plus, tout était embrouillé dans sa tête, autant à cause du coup qu'à cause de la situation. Il suivait mentalement, les yeux fermés, le chemin des doigts de l'autre sur sa peau. Chaque contact enflammait le sang qui bouillait sous sa peau. Il n'en pouvait plus de retenir son engin qui menaçait d'exploser d'un moment à l'autre, si fort que ça lui faisait mal.

Il n'entendit même pas la phrase sur le tétanos, ou il ne la comprenait pas. Les choses étaient trop floues. Comme si tout dansait autour de lui, dans une valse de plaisir douloureux. Soan se laissait faire, toujours aussi docilement. Mais l'autre mettait tellement, tellement de temps à approcher... Le premier contact avec la verge serait insoutenable. Au fond, Soan savait très bien de quoi il avait envie, à présent, en cet instant. Mais jamais il ne l'admettrait, ni à l'autre, ni à lui-même. Il avait trop bien caché ses souvenirs pour ça. Ses envies comme son passé resteraient enfouis...

Soan n'en pouvait plus. Il agrippa violemment le poignet de Thomas et lui posa fermement la main sur sa verge. Il allait devoir se dépêcher un peu à passer à l'acte. Il n'allait pas supporter ce va-et-vient incessant. Il dégagea rapidement sa main du poignet de l'autre, presque honteux de donner des ordres au maître. Il attendit patiemment que Thomas s'occupe de lui, incapable de faire quoi que ce soit, trop faible pour bouger et trop embrumé pour parler. Mais quelques soient les gâteries que son infirmier allait lui faire, lui, n'allait pas tarder à lâcher le volcan en éruption. Et après cette explosion, tout ce qu'il espérait secrètement, sans vouloir se l'avouer, c'est que Thomas se fasse plaisir en lui. C'était ça, la perspective qui l'excitait le plus, au fond. Même si sa conscience ne voulait pas le savoir. Il ne pouvait plus bouger, tétanisé et meurtri, mais il était prêt à faire cet ultime mouvement sur commande, à savoir se retourner pour offrir sa meilleure partie. Il savait que c'était ainsi qu'il se trouverait, et qu'il allait régler ce truc qui clochait en lui. Même si au fond, ce truc venait de bien plus loin et ne le quitterait jamais... C'était un moyen de masquer le mal du passé par le plaisir présent. Une nouvelle façon de dissimuler son histoire jusque dans ses propres souvenirs, en la répétant inexorablement sans même le voir.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Dim 17 Avr - 22:42



Il devait rester tout au plus un ou deux centimètres, à présent, avant d’atteindre le Saint Graal. Même si Thomas était excité comme jamais, il aimait bien prendre son temps et faire monter la pression avant qu’elle n’explose. C’était tellement… intense à chaque fois. Le spectacle en valait la peine. Vraiment. Surtout avec un aussi beau sexe que celui de Soan. Oui, l’infirmier avait hâte de voir ça.

Il sentait l’autre trépigner sous son toucher, il savait que le garçon ne tiendrait pas longtemps une fois sa main en place. Lui-même sentait les spasmes venir alors même qu’il n’avait pas sorti son pénis. Mais alors qu’il était bien dans son élan, Soan vint quelque peu interrompre ses manœuvres. Pendant une microseconde, Thomas pensa que son invité ne souhaitait pas avoir ce genre d’activité. Il referma légèrement et brièvement ses doigts, une pointe de déception crispa son corps. Mais tout d’un coup, il se retrouvait avec cette énorme bite dans la main. Tellement épaisse que le bout de ses doigts ne se touchaient plus. Et puis, une telle longueur… Était-ce humainement possible ?

Le geste de So’ avait été assez brusque, à vrai dire, et ne correspondait pas vraiment à l’idée que s’était fait Thomas à propos de lui. Peut-être n’était-il pas inexpérimenté, finalement. Ça devait être plus complexe que ça. Thomas découvrirait ça plus tard, peut-être. Pour l’heure, il était temps de faire avancer les choses.

Il s’appliquait à la tâche, il voulait que tous deux passent un bon moment. Il s’appliquait d’autant plus que manier un sexe de plus de 25 cm est plus difficile qu’il n’y paraît. Mais Thomas y mettait toute la passion qu’il avait. Il varia ses gestes pour procurer davantage de plaisir à l’autre encore. Il devait avouer qu’il était fort tenté de goûter à cette chaire. Mais il hésitait. Est-ce que Soan aimerait bien ça ? Est-ce que ce n’était pas aller trop loin pour une première fois ?

Mais Thomas se rappela du geste brutal du garçon. Et puis, il avait un peu d’expérience, il se laisserait surement vite emporter par le plaisir brut. Il approcha ses lèvres du gland rouge vif et commença à lécher tendrement Soan. Dieu que c’était bon. Il espérait que l’autre garçon apprécie également. Finalement, Thomas tenta tant bien que mal de gober le sexe que lui offrait Soan et alla le plus loin possible avant que son ventre ne menace de tout recracher. Il devait faire attention à ne pas mordre, et c’était d’autant plus difficile vu l’épaisseur du pénis.

Son pantalon allait exploser, Thomas devait se libérer. Tout en maintenant le sexe de So’ dans sa bouche, il enleva tout rempart au plaisir et commença à se masturber, espérant secrètement que le garçon prenne le relais.


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan Knight

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/11/2014

Carnet de bord
Unité:
Âge du personnage:
Missions effectuées: 0

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Mer 20 Avr - 19:51

Soan ne s'attendait pas à tant de dévouement de la part de son infirmier. Lui qui avait l'habitude d'offrir sans rien recevoir, il était dans un tel état de transe qu'il était prêt à tout donner sans contrepartie. Au lieu de ça, c'était Thomas qui s'appliquait à le faire monter au septième ciel... C'était le monde à l'envers. Mais rien de ce qui se passait en ce moment ne percutait dans la tête de Soan. Tout était brumeux, comme s'il était à moitié endormi, dans les vapes, et il n'avait pas vraiment conscience de tout ce qui se déroulait ici et maintenant. La prise de conscience viendrait après, car pour le moment, tout ce qui le guidait était le désir, et le plaisir. Pour le reste, il était totalement absent...

Thomas maniait cette arme avec un savoir-faire inégalé. C'était la meilleure branlette de sa vie, sans sourciller. Ce fut d'autant plus une surprise quand il passa à la vitesse supérieure et qu'il y mit la bouche. Sur le coup, Soan se sentit gêné, il ne s'attendait pas à ce que sa bite finisse ici. Il ne savait pas pourquoi il se sentait gêné et mal à l'aise, et ce sentiment bizarre que les choses n'étaient pas à leur place le laissait pantois. Mais puisqu'il était à moitié dans les vapes, sa gêne n'allait pas plus loin, et n'empêchait pas son organe de rester dur comme un roc.

Et alors que Soan commençait à gémir, il eut besoin de faire quelque chose, lui aussi. Ca devenait trop gênant, il ne pouvait pas rester sans rien faire. Il devait rendre la pareille - non, faire mieux. Il se saisit de ses longs doigts fins de la bite de l'autre - pas aussi monumentale que la sienne, mais tout à fait admirable objectivement. Il commença à jouer avec, comme si c'était un art qu'il n'avait jamais perdu. Il était cependant surpris de ne pas retrouver les mêmes sensations qu'avant. Comme si ses mains étaient trop grandes pour bien faire les choses. Il se saisissait trop facilement de l’engin, il en avait trop vite fait le tour. Ca n'était pas naturel. Mais il s'appliqua à détailler ses mouvements comme autrefois, avec le plus de finesse possible étant donné que ses doigts n'avaient plus grand chose de fin aujourd'hui.

Il ne tenait plus. Il n'avait plus la force mentale pour se retenir. Son liquide magique gicla d'une force incroyable. Il ne savait même pas si l'autre avec toujours la bouche dessus ou pas. Il ne comprenait pas grand chose à la situation, et ne se rendait compte de rien à vrai dire. Il vivait l'instant, c'est tout. Sans penser. Sans être vraiment là. Il glissa à genoux devant Thomas, sans force. Comme si sa jouissance l'avait vidé de ses dernières forces vitales. Il tenait toujours sa verge entre les mains, dans un massage savant. Mais une fois à genoux devant Thomas, qui lui était toujours sur le canapé, il releva les yeux vers lui en une interrogation. Voulait-il de sa bouche, lui aussi ? Soan avait un regard enfantin fragile qui dénotait terriblement avec son corps d'homme viril d'aujourd'hui. Comme un petit enfant pris en faute qui tente de faire plaisir à son papa.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Ven 24 Juin - 15:09



Soudain, il sentit des doigts se coller aux siens. Son vœu s’était exhaussé. Lorsqu’il retira sa main pour laisser le champ libre à Soan, une décharge électrique le parcourut, encore une fois. Ses doigts longs et fins avaient quelque chose de magique, et chaque va-et-vient qu’il effectuait le rapprochait un peu plus du point de non-retour.

Thomas ferma les yeux pour se laisser envouter par l’instant présent, et se concentra sur son activité buccale. Il commençait à s’habituer au corps de So’ et à s’y prendre plus habillement. L’autre poussait d’ailleurs de légers soupirs d’extase. Soudain, son sexe se contracta alors que je l’avais encore en bouche. Je m’écartai de justesse lorsqu’il lâcha toute sa semence. Je voyais ses puissants jets se propulser abondamment au loin, sur lui, sur Thomas, sur le fauteuil, par terre... Ça ne le dérangeait pas spécialement d’avaler – au contraire, même, il adorait ça pour être honnête –, mais il préférait s’assurer que l’autre n’avait aucune maladie avant de passer à ce genre de choses. Finalement, la fontaine s’arrêta. Thomas était couvert de trance, il était prêt à éjaculer. Mais il voulait faire durer le plaisir, aussi se retint-il comme il le pouvait.

Soudain, Soan bascula sur ses genoux, devant lui pour rendre la pareille. Mais il leva un regard enfantin vers Thomas. Celui-ci avait du mal à l’interpréter pour le moment, le plaisir prenait le dessus sur le reste. Il sauvegarda cette image quelque part dans sa tête et reviendrait plus tard dessus, car il lui semblait qu’elle était pleine de sens. La question était claire également : est-ce que tu veux que je le fasse ? Le fond de l’interrogation était, lui, assez ambigu, néanmoins. Demandait-il si Thomas voulait qu’il le fasse, ou si Thomas acceptait qu’il le fasse ? Le garçon opta pour la réponse qui couvrait les deux cas. Il ne voulait surtout pas forcer l’autre. Sa main suffirait et Thomas ne serait pas déçu, parce qu’il s’y prenait bien.

« Si tu as envie… C’est avec plaisir » il haletait et avait du mal à parler convenablement « Mais si tu ne veux pas… Je ne te force pas et je ne t’en voudrai pas. » Il sourit avec bienveillance, intrigué, au garçon devant lui qui, décidément, s’annonçait plein de mystères.


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan Knight

avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/11/2014

Carnet de bord
Unité:
Âge du personnage:
Missions effectuées: 0

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Ven 26 Aoû - 18:55

Les prunelles de Soan était fixées vers celles de son libérateur, celui qui lui montrait la voie à suivre, celui qui le guiderait pour qu’il ne se perde pas dans les limbes de ses désirs inconscients, de son passé troublé. Bien sûr qu’il en avait envie. Rien ne lui ferait plus plaisir que de lui donner ce plaisir, après la pipe mémorable qu’il venait de lui faire. Il était tellement peu habitué à ce qu’on lui fasse ce genre de gâterie – en fait, c’était la première fois – qu’il était reconnaissant au centuple. Il voulait tout donner. Alors, il sourit doucement à Thomas, d’un sourire enfantin qui n’avait rien de l’homme qu’il était aujourd’hui. Son expression faciale n’allait pas avec son corps, le contraste était frappant. Cela dit, son plaisir de faire ça était réel, et lorsque sa langue se posa sur le prépuce, puis le bout de ses dents, et qu’il se mit à englober l’engin de son va-et-vient expert, il ferma les yeux, comme comblé. Son pouls s’accélérait dangereusement alors qu’il faisait cette pipe, son corps était en feu, en ébullition, comme s’il sentait chaque partie de son corps pour la première fois de sa vie. Il se sentait vivant, et sa bouche bougeait d’une passion dévorante. Il découvrait, ou redécouvrait qui il était aujourd’hui. Non, il n’était plus ce petit enfant, il était un homme à présent, un homme qui aimait faire ces choses et les recevoir. Il était un homme qui aimait ça car ça lui rappelait de bons souvenirs, mais il savait qu’aujourd’hui il ne donnerait plus rien gratuitement. Il savait que maintenant, il allait recevoir autant également. Et ça lui procurait un vif plaisir…

Il avait hâte que l’autre éjacule. Il espérait qu’il s’y prenait suffisamment bien, mais avec son expérience en la matière, il était peu probable que Thomas n’apprécie pas. Il avait hâte de pouvoir goûter sa liqueur d’hydromel. Il en avait presque soif. Il haletait tant il était impatient… Il n’avait aucune conscience de ses genoux à terre sur le sol dur qui commençaient à blesser, ni du torticolis qu’il aurait le lendemain. Pour l’instant, tout n’était que plaisir pour lui, et il espérait bien que cela continue…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1500
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   Mar 20 Sep - 13:32



Son sourire était adorable. Il était celui d'un enfant naïf, content de faire plaisir à quelqu'un qu'il aimait. L'acte qu'il s'apprêtait à faire néanmoins n'avait rien d'enfantin. Mais Thomas fondait pour lui. Soan, derrière son air sombre, et malgré ses blessures était tellement mignon. Thomas était-il en train de tomber amoureux ? C'était rapide...

Soan se rapproche doucement de son bassin. Son regard avait l'air calculateur, presque expert. Ce qui venait en contradiction complète avec son expression d'inexpérience. Enfin il amena ses lèvres avec délicatesse et précision. Thomas sût tout de suite qu'il avait à faire à un expert. Il s'y prenait trop bien que pour n'avoir jamais fait ça. Le plaisir était tel que Thomas avait du mal à rester debout.

Il posa sa main aussi doucement que possible sur la première chose à sa disposition pour garder l'équilibre : les épaules de Soan. C'était un geste doux, amical, aussi. D'encouragement, en quelque sorte.

Thomas savait qu'il ne tiendrait pas longtemps. Il n'avait jamais eu droit à un tel traitement de faveur. S corps vibrait toujours avec plus de violence et soudain il se senti venir. Il prévint son amant avant d'exploser comme jamais auparavant dans un bruyant râle de plaisir. Il gardait les yeux fermés pour profiter du plaisir avant de s’effondrer dans le fauteuil devant lui.

Il rouvrit les yeux et regarda l'homme en face de lui. Il eut une soudaine envie de l'embrasser, une sorte de pulsion sauvage et irrésistible. Mais est-ce que Soan voudrait bien ? Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir. Il s’approcha de son visage et rejoignit leurs lèvres ensemble.


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Moi, je veux vivre... Encore plus fort !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je veux vivre autre chose que cette vie } Chelsea
» BELLE (+) Je veux vivre autre chose que cette vie.
» la plupart des gens se contentent d'exister, moi je veux vivre
» ''JE VEUX DEVENIR PLUS FORT !!!'' [PV Kurayami- Irène]
» Moi j'veux vivre nu et à Poil !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Institute of Seafront :: Le monde parallèle-