Partagez | 
 

 Espionnage chez what's up - debrief

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Deschamps
Administrateur
avatar
Messages : 1462
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 13 ans
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Espionnage chez what's up - debrief   Mar 6 Mar - 17:53

Anita n'en était pas à sa première mission contrôlée à CHERUB. Elle était arrivée il y a quelques années, mais elle n'avait pas encore fait de "grosse" mission : elle était peu expérimentée avant d'arriver ici, contrairement à d'autres qui avaient fait l'armée. Alors on lui confiait les dossiers en Angleterre, avec des agents expérimentés qui ont déjà fait leur preuve.

En l'occurrence, le courant était très bien passé dès le début avec Antoine. Il était très professionnel et il semblait coller à sa couverture à la perfection. C'était tout ce qu'il fallait pour sa sécurité. Ses courts échanges téléphoniques avec le jeune homme lui avait d'ailleurs confirmé qu'elle n'avait pas de raison de s'inquiéter plus que ça.

Aussi sa surprise fut-elle grande lorsqu'elle le découvrit relativement bouleversé à la fin de la mission. Il venait de monter dans la voiture, elle le conduisit jusqu'au campus qui n'était pas très loin. Elle l'emmena directement dans son bureau pour le debrief habituel de fin de mission. Elle était un peu inquiète, car l'expression de visage d'Antoine ne semblait pas sereine. Au besoin, elle lui prescrirait quelques séances de psy, mais pour cela elle devait savoir ce qui s'était passé... Elle pensait que tout s'était bien déroulé, mais finalement, elle n'en menait pas large. Elle se rendait compte effectivement qu'elle n'était pas expérimentée pour faire de plus grosses missions, si déjà elle n'évaluait pas correctement les difficultés rencontrées sur de petites missions de ce genre...

Pleine d'empathie, et prête à écouter le récit d'Antoine avec attention, elle l'invita à s'asseoir.

" - J'ai bien reçu tes photos. Elles sont extrêmement parlantes, cela suffira pour faire plonger la cible. Tu as brillamment réussi cette mission Antoine, je te félicite, ce n'était pas facile d'être seul pour cela. Peux-tu maintenant me raconter le déroulé de la mission plus en détails, s'il te plaît ?"

Anita se préparait à prendre des notes et regardait Antoine de ses yeux bienveillants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Sirkis

avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 18/11/2014

MessageSujet: Re: Espionnage chez what's up - debrief   Jeu 8 Mar - 17:25

Le trajet jusqu’au campus me parût long. Mais au moins, j’étais parti de cet environnement horrible. Tout doucement, je me remis de mes émotions et arrêtai de pleurer, mais en arrivant à CHERUB, je n’en menais toujours pas large. Je savais qu’une fois sorti du bureau de ma contrôleuse de mission, j’irais tout droit dans ma chambre, sans passer par la case « ami » ou « réfectoire » ou je ne sais quoi.

Elle m’amena donc dans son bureau. Heureusement sur le chemin, nous ne croisâmes pas grand monde et je pris grand soin de bien détourner le regard à chaque fois que c’était le cas. Enfin nous étions dans une pièce close, juste à nous deux. Elle m’invita à m’asseoir en face d’elle, sur la chaise sur laquelle j’avais déjà passé de nombreuses heures pour préparer cette foutue mission. Je gardai la tête baissée, le regard rivé par terre. Je n’avais pas très envie d’être ici non plus, en fait. Je voulais juste qu’on me foute la paix. Il se passait une sorte de conflit interne en moi, sur lequel je n’arrivais pas vraiment à encore placer des mots et qui était de toute façon encore très obscure. Mais quelque chose clochait. Peut-être en moi, peut-être à CHERUB, sûrement dans notre société. Mais je n’avais pas le choix. Je savais que je devais passer par ce débriefing. Donc autant faire ça le plus vite possible et que ce soit derrière le dos.

Elle me demanda comment s’était passé la mission. C’était douloureux de s’y replonger, mais il le fallait sans doute. J’inspirai un grand coup, et je me lançai dans mon récit.

« Uhm. Je suis donc arrivé au château d’Amanda samedi matin. Ce qui m’a tout de suite frappé, c’est combien elle avait l’air fausse et malhonnête. Toujours son sourire factice aux lèvres. Ses tonnes de maquillage. Ce n’était pas très difficile de l’avoir, il suffisait de flatter son égo surdimensionné. Au début, elle m’a fait visiter sa demeure. J’ai étalé ma culture pour faire bonne impression et ça plutôt bien marché… On aurait dit qu’elle me considérait presque comme son fils… Répugnant. Ça me donne envie de vomir. Pendant qu’elle se préparait – pendant des heures… L’image, tout ça… -, j’ai donc été poser des micros dans les salles les plus importantes. Le lendemain, on a été à l’usine, et la visite se passait bien jusqu’à ce qu’à l’incident. Alors Amanda s’en est allé me laissant avec son mec. Enfin c’est pas vraiment son mec, mais ils font des truc ensemble. Bref. Là, j’ai prétendu une grosse envie de pisser et je me suis encouru pour la suivre. En gros, si j’ai bien compris. Dans la partie cachée de l’entrepôt, là où j’ai fait la photo, sont entassés plein d’asiatiques qui travaillent dans des conditions déplorables sans être payées, je pense… Une des esclaves s’était…»

Cette partie-là n’était pas facile à raconter.

« Une des esclaves s’était coupé la main avec sa machine à coudre trop vieille et avait mis du sang partout. Amanda l’a… l’a simplement traînée dans une salle annexe pour, sans doute, la laisser mourir là. Je sais pas. J’ai pas envie de savoir. Avant qu’elle ne sorte, je suis remonté chez Martin et j’ai attendu qu’Amanda revienne. »

Une pause, un silence.

« Mais comment peut-on faire quelque chose comme ça, bordel ?! » m’exclamai-je, à nouveau en sanglots. Je n’arrivais pas à comprendre. J’avais beau retourner la situation dans tous les sens, je ne comprenais pas comme cette femme, ce monstre, pouvait aller dormir dans son lit tous les soirs comme si de rien n’était…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Deschamps
Administrateur
avatar
Messages : 1462
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 13 ans
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Espionnage chez what's up - debrief   Jeu 29 Mar - 9:35

Anita écoutait attentivement le récit d'Antoine et prenait des notes sur le déroulé des choses, et surtout sur le ressenti du garçon - "répugnant", etc. Ce sont surtout ces éléments qui permettront de voir s'il aura besoin de séances avec le psy ou non...

Au fil du récit d'Antoine, une petite voix dans la tête d'Anita ne cessait de lui répéter que ces enfants étaient trop jeunes pour faire ça, trop innocents pour être confrontés à toutes ces horreurs... La contrôleuse n'avait que peu d'expérience ici et c'est pourquoi elle se posait toujours des questions sur le bienfondé de ce qu'ils faisaient ici... Ses collègues d'expérience lui avaient confié avoir eu les mêmes doutes par le passé, mais en voyant les succès en mission et les agents s'accomplir en tant que personnes, ils avaient cessé d'y penser pour adhérer parfaitement au principe. Mais pour Anita, c'était encore trop tôt...

Comment pouvait-on faire ça à des enfants ? Antoine n'était qu'un gosse... Il n'avait même pas encore 14 ans. Il devrait juste être un gamin innocent qui découvre la vie, les amis, les sorties... Tout doucement. Et le fait qu'il était orphelin n'y changeait rien. Ce n'est pas parce-que ces gosses ont été confrontés à la dure réalité du monde plus tôt que les autres, à la mort de leurs parents, qu'il faut leur infliger tout ça...

Finalement, lorsqu'Antoine arriva au bout de son récit et explosa en sanglots, Anita ne put rester stoïque. Elle posa son carnet et son crayon et se précipita vers l'enfant, le regard désolé. Elle le prit dans ses bras et tenta de le bercer doucement pour calmer ses pleurs. Mais que faisait-elle ici... A faire ça... Depuis ces quelques années passées ici, elle n'arrivait toujours pas à s'y faire... Elle était à peu près sûre, en cet instant, qu'elle n'était pas faite pour ça. Elle ne pouvait plus voir ces enfants innocents souffrir, à cause des responsabilités qu'on leur impose à un bien trop jeune âge. Elle allait partir. Elle terminera son rapport sur cette mission, et après qu'elle l'aura remis à la directrice, elle donnera sa démission. Sa décision était prise. Cette mission sera sa dernière dans cette structure malsaine.

En attendant, que pouvait-elle faire pour qu'Antoine se sente mieux ? Probablement pas grand chose...

Elle finit par se détacher d'Antoine lorsque ses sanglots s'étaient apaisés.

" - Il y a tellement d'horreurs sur cette planète... Tellement de mauvaises personnes qui font de mauvaises choses pour leur profit personnel. Qui font souffrir des innocents pour s'enrichir ou pour le pouvoir. Et vous, ici, les agents, vous voyez une bonne partie de ces horreurs... Je suis désolée que tu aies été confronté à ça. C'est bien trop dur, à ton âge, de voir tout cela en face.
Dans tous les cas, grâce à toi, je peux te promettre qu'Amanda paiera pour ce qu'elle a fait. J'en ferais une affaire personnelle s'il le faut, mais cette femme sera lourdement châtiée par la justice de ce pays.
En attendant, c'est tout à fait normal que tu sois chamboulé... Souhaites-tu que je te préconise quelques séances avec le psy du campus pour parler de tout ça ? Ou bien préfères-tu qu'on te laisse tranquille pour oublier cela et passer à autre chose ?
"

Anita posait une question vraiment ouverte... C'était débile, que les contrôleurs de mission soient les seuls à décider si les agents doivent aller chez le psy ou non. Elle n'était absolument pas compétente pour prendre cette décision, et elle avait pu voir depuis son arrivée ici que dans certains cas, les visites chez le psy font plus de mal que de bien... Il n'y avait qu'à voir l'état psychologique de ce pauvre Soan pour s'en rendre compte. Ce garçon qu'on forçait à voir le psy et qui s'enfonce de jour en jour un peu plus dans son désespoir...

Non, Anita ne voulait forcer personne. C'est pourquoi elle suivrait l'avis d'Antoine, car après tout ce qu'il avait vécu, après toutes les responsabilités qu'on lui avait mis sur le dos, il était bien à même de savoir ce dont il avait besoin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Espionnage chez what's up - debrief   

Revenir en haut Aller en bas
 

Espionnage chez what's up - debrief

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [libre]Une enquête chez soi [Trickbast, rang D, Pirates, Baston & Espionnage]
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Institute of Seafront :: Le monde parallèle-