Partagez
 

 On vient de loin pour le MIS !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kathleen Stevenson
Directrice
Kathleen Stevenson
Messages : 696
Date d'inscription : 12/08/2013

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKLun 25 Juin - 22:44


1 JUILLET 1945
14h30
Météo : On vient de loin pour le MIS !  NXylR    17°C - 30°C




La fin de la guerre approchait, mais l’avenir de MIS était assuré. En rejoignant la future ONU, Kathleen savait qu’il était grand temps de recruter de nouveaux agents, d’autant plus que ses premiers agents commençaient déjà à partir à la retraite. La directrice soupira. Que le temps passait vite. Ces cinq dernières années étaient passées à la vitesse de la lumière. Il faut dire aussi que la femme ne s’était pas arrêtée une seule seconde depuis la création de l’institut. Et elle ne comptait d’ailleurs pas s’arrêter de sitôt. Il y avait encore du pain sur la planche : le conflit mondial avait constitué, malgré sa complexité, un ensemble à peu près cohérent. Les choses seraient différentes, une fois que le Japon se serait avoué vaincu – ce qui était probablement une question de semaines… Il faudrait agir à un niveau mondial sans ensemble cohérent. Chaque région construirait sa propre histoire et aurait ses propres besoins d’intervention.

Le téléphone interrompit ses réflexions. La directrice ne fût néanmoins pas surprise, car elle attendait se coup de fil. Aujourd’hui arrivait une petite fillette du Vanuatu – l’autre bout du monde, une petite île perdue quelque part dans le Pacifique. Maïna, c’est ainsi que s’appelait la nouvelle recrue, avait enfin fini son long périple, et il était temps d’aller l’accueillir. Elle devait se sentir ici comme chez elle, puisqu’ici allait être son chez-elle. Kathleen saisissait bien l’importance de sa première visite de l’Institut.

Elle se leva de son bureau, sortit du bâtiment principal et emprunta le petit chemin qui serpentait dans la forêt vers l’accueil. Le soleil tapait fort en ce début du mois de juillet, mais les arbres avaient encore bien poussé cette année et étaient particulièrement touffus, offrant une ombre bienvenue. Après cinq minutes de marche environ, la directrice arriva enfin à l’accueil factice de laboratoire marin. Elle entra par la porte arrière et se dirigea vers le guichet où se tenait la réceptionniste que Kathleen embrassa chaleureusement avant de se tourner vers la nouvelle arrivante.

Maïna était vraiment très petite, moins d’un mètre, et très jeune. Elle n’avait que cinq ans. Elle avait l’air affamée, mais ses yeux noirs brillaient d’une malice amusante à voir. La directrice s’abaissa à son niveau pour lui parler, en anglais, puisque d’après son dossier, la petite fille maîtrisait la langue de Shakespeare.

« Bonjour, Maïna ! Je m’appelle Kahtleen » lui dit-elle chaleureusement « Bienvenue au Modern Institut of Seafront ! Je suis la directrice de cet institut. As-tu fait bon voyage ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://institut-mi6.forumactif.org
Maïna Timakata

Maïna Timakata
Messages : 4
Date d'inscription : 05/06/2018

Carnet de bord
Unité: A
Âge du personnage: 5 ans
Missions effectuées: 0

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKLun 28 Jan - 11:46

Maïna était toute curieuse de ce qu'elle découvrait ici : la plage, la fraîcheur du vent et des embruns de ce pays. Même en ce jour de juillet ensoleillé, elle trouvait qu'il ne faisait pas chaud - heureusement pour elle qui n'avait jamais connu de saison froide, l'hiver n'arriverait pas tout de suite.

La Directrice - comme l'appelait la dame du téléphone - arriva assez vite, et elle avait l'air très gentille. En tout cas, lorsqu'elle s'adressa à Maïna, elle lui donna une très bonne impression. Elle avait l'air souriante, chaleureuse et gentille avec les enfants. Pour une petite fille qui n'avait jamais été maltraitée, elle en avait totalement confiance.

" Bonjour Kathleen ! Oui le voyage était très bien. C'est fou comme le monde est... Grand. Et différent de chez moi. Les gens sur le bateau ont été très gentils avec moi aussi. J'ai très bien mangé avec eux, même si c'était très gras et sucré.
Ils m'ont dit qu'il y avait eu des guerres ici. Ils m'ont un peu expliqué ce que c'était, mais je ne suis pas sûre d'avoir bien compris.
Ils m'ont dit aussi qu'ils m'emmèneraient dans un endroit où je pourrai contribuer à la paix du monde. C'est ça que vous faites, Madame Kathleen ?
"

Maïna souriait de ses yeux naïfs d'enfant qui ne connaît rien de la cruauté des hommes. Elle était très enthousiaste d'un projet dont elle ne comprenait rien. Mais elle était avide d'apprendre, d'entendre les explications de la Directrice, et c'est ça qui lui donnait un avenir ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Stevenson
Directrice
Kathleen Stevenson
Messages : 696
Date d'inscription : 12/08/2013

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKMer 30 Jan - 21:25

La petite Maïna, tout sourire, répondit à sa question avec un enthousiasme très touchant. La fillette avait l'air très bavarde et semblait encore avoir cette naïveté enfantine d'une vie non abîmée. Kathleen lui sourit avec douceur et l'écouta attentivement. Enfin, quand elle eut fini, la directrice put continuer.

"Il y a effectivement eu une grande guerre en Europe ces dernières années, heureusement elle touche à sa fin ! Mais ça ne veut pas dire que tu ne pourras pas contribuer à la paix dans le monde ! Mais avant d'en dire davantage, je propose que nous nous rendions dans mon bureau. Comme ça, je pourrai tout t'expliquer et te montrer l'institut où tu vas vivre à présent."

La directrice marqua une pause et observa la petite, puis, toujours dans sa bienveillance naturelle, elle ajouta :

"Finalement, tu devras passer une série de tests dans différents domaines pour voir comment tu t'en sors... Mais ne t'inquiète pas, tu m'as l'air une petite fille forte et je suis sûre que tu vas t'en sortir à merveille !"

Ainsi, la paire fit route jusqu'au bureau de la directrice en empruntant l'habituel petit chemin qui serpentait à travers l'épaisse forêt de pins, et que seul les saisons venaient changer. En l'occurrence, là c'était l'été, le soleil était à son zénith et l'ombre des arbres rafraîchissaient bien agréablement. La végétation au sol était luxuriante et cachait le passage, si bien que quelqu'un qui ne le connaissait pas aurait pu passer à côté.

Une fois en bas, la cour du château s'étendait devant elles, et le bâtiment principal se dressait fièrement à l'horizon. À chaque fois qu'elle arrivait ici, Kathleen ne pouvait s'empêcher de penser que telle vue devait être très impressionnante, surtout la première fois. Ce qui remontait à loin pour elle, elle ne comptait plus les années qu'elle avait passé à bâtir le MIS. Et bientôt, avec le passage à l'ONU, l'institut allait encore formidablement avancer.

Après une centaine de mètres en plein soleil, elles arrivèrent enfin au château, et Kathleen recommença à parler.

"Voilà le bâtiment principal du MIS, c'est ici que tu vas trouver les bureaux administratifs, les salles de classe, les dortoirs, et beaucoup d'autres choses. Mais on va rentrer dans une grosse phase de travaux dans quelques mois, beaucoup de choses vont changer. Viens, suis-moi !"

Kathleen suiva le couloir d'entrée et tourna à gauche. Son bureau était la première porte à leur droite. Elle l'ouvrit et fit entrer la nouvelle recrue.

" Voilà, installe-toi dans ce fauteuil."

La cheminée était bien évidemment éteinte, il faisait bien trop chaud pour un feu maintenant.

"Laisse-moi juste retrouver ton dossier. Comme tu le vois, mon bureau est légèrement désordonné." Légèrement était un euphémisme. On aurait dit que la seconde guerre mondiale avait juste eu lieu dans son lieu de travail. "J'ai vraiment beaucoup trop de dossiers à traiter en ce moment..." Soupira-t-elle, plus pour elle-même que pour son invitée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://institut-mi6.forumactif.org
Maïna Timakata

Maïna Timakata
Messages : 4
Date d'inscription : 05/06/2018

Carnet de bord
Unité: A
Âge du personnage: 5 ans
Missions effectuées: 0

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKJeu 31 Jan - 10:07

Maïna était loin de comprendre tout ce que disait la Directrice, mais elle paraissait tellement passionnée par ce qu'elle faisait, que la gamine en était émerveillée. Elle acquiesça, pressée de découvrir sa nouvelle vie. Elle ne s'inquiéta pas d'un pouce en entendant parler de test. Elle n'avait peur de rien pour le moment, et si Kathleen disait qu'elle y arriverait sans souci, elle n'avait aucune raison d'en douter.

Maïna suivit Kathleen dans la forêt de pins. Elles empruntèrent un chemin que la gamine n'aurait jamais trouvé par elle-même... Il était tellement bien caché par la végétation fournie. C'était un camouflage idéal.

Le chemin était en pente douce, et débouchait sur un espace ouvert en contrebas. Là, Maïna fit une pause, les yeux écarquillés par la surprise. Un immense bâtiment de pierres s'étalait, majestueux, devant elle. Elle n'avait jamais rien vu de tel. Les bâtiments de chez elle n'était que des cabanes en bambou au toit de chaux. Comment était-ce possible de construire quelque chose d'aussi... Grand ?!

Elles marchèrent encore dans l'espace ouvert avant de rejoindre le bâtiment. Maïna retenait tout ce que disait Kathleen et acquiesçait au fur et à mesure de ses explications, même si elle ne comprenait rien. "bureaux administratifs, salles de classe, dortoirs"... étaient autant de mots qu'elle ne connaissait pas. Elle les avait entendu dans la langue de Shakespeare, mais elle n'avait aucune idée de ce que c'était.

Elles entrèrent dans le bâtiment austère. Maïna eut un frisson en entrant : la pierre rendait le bâtiment vraiment froid à l'intérieur par rapport à la chaleur extérieure, et les murs de pierre rendaient tout l'intérieur très sombre. La fillette s'installa dans le fauteuil que lui présentait la Directrice, et regardait partout autour d'elle, un peu inquiète pour la première fois. Elle n'avait jamais été enfermée dans un endroit aussi... Fermé. La case de sa mère était toujours ouverte, et les murs de bambou laissaient passer la lumière et étaient beaucoup moins massifs. Elle se sentait un peu écrasée dans ce bâtiment immense où elle ne saurait pas trouver la sortie... Son enfance baignée de grands espaces ne l'aurait-elle pas rendue claustrophobe ?

"Dossiers à traiter"... Encore des mots incompréhensibles. Maïna supposa qu'il s'agissait des tas de papiers qui s'entassaient partout, et qui devaient servir à Kathleen pour faire des choses. Mais quoi ?

Son inquiétude du lieu la rendait muette, ce qui contrastait beaucoup avec son bavardage de tout à l'heure. Elle n'osait poser aucune question, mais elle enregistrait tout ce qu'elle entendait et voyait. Malgré l'incompréhension totale de son nouvel environnement, elle allait vite intégrer tous les repères de cette nouvelle société, à forcer d'écouter et d'observer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Stevenson
Directrice
Kathleen Stevenson
Messages : 696
Date d'inscription : 12/08/2013

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKLun 4 Fév - 23:47

Après quelques instants de farfouillements, Kathleen mit enfin la main sur le dossier de Maïna. Elle releva la tête et regarda la petite qui était étrangement tombée dans un silence contrastant grandement avec son attitude plus tôt dans la journée. Mais Kathleen, en voyant son regard, compris qu'elle, justement, ne comprenait pas tout. La directrice aurait très bien pu lui parler chinois que ça aurait été pareil.

La femme sourit doucement à la jeune fille "tu te sens vraiment dépaysée, n'est-ce pas ? Tout ce nouvel environnement doit te paraître bien drôle, tellement différent de ce que tu as connu dans le Pacifique..." Elle alla s'asseoir dans un fauteuil près de Maïna. "Tu vas vite t'y faire. Mais si tu as la moindre question, même maintenant, tu DOIS m'interrompre et me la poser. Un agent se doit d'être le plus curieux possible. Et de trouver les réponses à ses questions, aussi. D’une manière ou d’une autre !"

Kathleen ouvrit le dossier devant elle. Les marins qui l’avaient conduit ici l’avaient précieusement aidée à le remplir. Elle y avait annoté tout ce qu’elle savait sur la nouvelle recrue : son histoire, une approximation de son caractère et de ses particularités physiques, sa date de naissance, son âge, etc. Cependant, il lui manquait toujours des données, et c’est pour ça que la petite passait toute une batterie de tests cet après-midi même. À partir de toutes les données collectées, la directrice pourrait s’assurer que Maïna était effectivement une parfaite candidate. Et si ce n’était pas le cas… Kathleen aurait bien le temps d’aviser plus tard, alors. Mais son flair ne la trahissait (presque) jamais, et à l’instant, elle sentait que la petite ferait parfaitement l’affaire. Avant les tests, la directrice avait la délicate tâche de lui expliquer en quoi consistait l’institut, même si elle semblait déjà pas mal au courant… Les marins lui en avaient peut-être un peu trop dit ? Il faudrait qu’elle tire ça au clair, mais ce serait pour plus tard.

« Tu te trouves donc au Modern Institut of Seafront, qui est un orphelinat, mais pas comme les autres. Rien qu’au nom – qui n’a rien d’un nom d’orphelinat –, tu te doutes qu’il y a quelque chose de suspect… Mais seules les personnes vivant à l’institut savent qu’il s’agit de ça. Pour le visiteur qui passe par hasard devant l’entrée qu’on vient de quitter, il ne s’agit ni plus ni moins d’un laboratoire étudiant le monde marin. Jamais il ne pourra se rapprocher de la vérité que cache cette façade moderne, car la vérité est insoupçonnable et c’est ça qui fait sa force. Les enfants vivant ici sont en fait des espions surentraînés qui effectuent des missions qu’eux seuls peuvent réaliser, car personne ne soupçonne un enfant, pas même en temps de guerre. Pour cela, nous assurons une formation continue et poussée au niveau bien plus élevé que n’importe quel établissement scolaire au Royaume-Uni. Nous ferrons en sorte que, en plus de sauver le monde, tu te sentes bien, ici, bien dans ta peau, bien chez toi… Qu’en dis-tu ? Aimerais-tu venir ici ?»

Voilà un résumé bien ficelé pour expliquer la situation. Sans que Kathleen le dise, l’évaluation avait évidemment déjà commencée. La directrice scrutait les moindres réactions de la gamine et consignerait plus tard ses observations intéressantes dans son dossier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://institut-mi6.forumactif.org
Maïna Timakata

Maïna Timakata
Messages : 4
Date d'inscription : 05/06/2018

Carnet de bord
Unité: A
Âge du personnage: 5 ans
Missions effectuées: 0

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKMar 5 Fév - 15:03

Kathleen lisait dans les yeux de la petite étrangère comme dans un livre. Elle vit tout de suite qu'elle était impressionnée et perdue dans tout ce nouveau vocabulaire.

La petite fut tout de même gênée de l'injonction - on DOIT poser des questions ? Mais si on ne sait pas quoi poser, comme question ? Si tout semble si incompréhensible qu'on n'est pas capable de formuler une question précise ? Maïna baissa les yeux d'un air honteux. Elle n'était peut-être pas digne d'être ici finalement... Elle s'était imaginée que sauver le monde serait facile. Mais déjà on lui demandait des choses qu'elle n'était pas capable de faire. Elle ne passerait sûrement pas les tests d'entrée... Mais où allait-elle aller sinon ? Qui voudrait d'une petite fille qui ne comprend rien à ce monde et qui ne sait que traire les bêtes, lire et compter ? Pourrait-elle au moins trouver du travail dans ce pays froid et inconnu, avec son corps d'enfant si frêle ?

Bien sûr, ce que lui expliqua Kathleen ensuite la fit rêver de nouveau. Elle avait des étoiles dans les yeux en comprenant l'extraordinaire supercherie de l'accueil, c'était si bien fait qu'elle y avait cru elle aussi. L'entraînement intensif la rassurait un peu aussi, elle allait apprendre, elle ne serait pas déjà rejetée même si elle ne sait pas déjà tout faire... du moins elle l'espérait.

Ses yeux pétillants se relevèrent vers Kathleen, pleins d'entrain et d'envie d'apprendre.

" - Oh oui j'aimerais beaucoup... J'apprends très vite vous savez. Je serai très assidue à l'entraînement. "

Oui, peut-être qu'elle ne réfléchissait pas beaucoup. Elle avait de grandes facilités en langue, mais elle n'était pas douée d'une intelligence particulière, en dehors de la curiosité extrême de l'enfance. Elle avait l'envie et la motivation pour faire sa place ici, mais elle n'avait pas l'instinct d'une guerrière ni la condition physique d'une amazone. Qu'est-ce que révéleraient les tests ? Elle n'en savait rien pour le moment. Mais sa motivation était telle qu'elle ferait tout pour les réussir.

" - Est-ce que l'on visite en premier ou on fait les tests d'abord ? "

Oui, elle était pressée de voir la suite. Elle s'était déjà habituée à la lourdeur des pierres du bâtiments et se sentait déjà moins oppressée qu'en rentrant. Elle s'adapterait vite à ce nouveau mode de vie... A cet âge, on s'adapte à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Stevenson
Directrice
Kathleen Stevenson
Messages : 696
Date d'inscription : 12/08/2013

On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWKLun 11 Fév - 11:57

La petite Maïna eût l’air de s’enthousiasmer aux explications de la directrice. Après tout, quel enfant ne rêvait pas de devenir espion et de jouer à sauver le monde ? En réalité, les agents secrets étaient confrontés à de terribles épreuves et en gardaient parfois de graves séquelles psychologiques. Kathleen le savait bien ; même si son travail était presque exclusivement orienté administration aujourd’hui, elle avait été envoyée de nombreuses fois sur le terrain par le passé. La froideur et la cruauté qui envenimaient la société venaient encore parfois alimenter ses cauchemars. Pour un enfant exposé à de telles horreurs, ça devait être encore pire. Mais Kathleen savait également que les enfants qu’elle accueillait au MIS n’avaient rien d’ordinaire. Avec leur intelligence et leur sensibilité hors-normes, ils n’avaient d’autres choix que d’être conscients très tôt de l’injustice qui rongeait la civilisation. En leur offrant une place ici, elle leur donnait l’opportunité de lutter contre toute cette noirceur et rendre l’humanité un peu plus lumineuse.

La dernière question de la fille avait longuement préoccupé la directrice : d’abord la visite ou d’abord le test ? La première option présentait l’avantage principal de montrer aux potentielles recrues la vie qui les attendait ici et de renforcer leur motivation. Elle impliquait cependant de donner à ces enfants de bien trop nombreuses informations, dont ils pourraient faire mauvais usage si jamais leur candidature n’obtenait pas validation. Cependant, même si un gamin un peu trop sournois décidait de livrer son expérience à la police, personne ne le croirait. L’officier lui dirait simplement qu’il a une imagination bien trop débordante et qu’une telle chose est impossible venant de l’État britannique. Voilà une grossière erreur que commettaient de nombreux adultes que de ne jamais croire les enfants ; mais pour une fois, Kathleen pouvait en profiter. Opter pour les tests en premier risquait d’être trop brutal pour les nouveaux arrivants et ainsi diminuer leur performance et leurs résultats.

« On va commencer par la visite ! Mettons-nous en route, parce que nous avons encore beaucoup à faire cet après-midi ! » lui expliqua par conséquent Mme. Stevenson.

La directrice dirigea Maïna vers la sortie de son bureau, ce qui les mena dans le couloir principal du rez-de-chaussée, qui traversait le bâtiment de part en part. Les pierres imposantes utilisées pour construire le château exerçaient une pression désagréable sur les âmes qui le peuplaient, mais Kathleen s’était efforcée d’atténuer cet effet négatif. Lors d’une de ses premières visites ici, alors qu’elle travaillait à la création de l’institut, elle avait découvert de magnifique tapisseries, quoiqu’abîmées par les années d’abandon et l’humidité. Elle les avait aussitôt envoyées à Londres pour restauration. Après analyse, elles semblaient narrer les jeunes années du feu village qui s’était jadis fièrement dressé ici. Ces œuvres d’art couvraient majestueusement les murs, à présent, arborant fièrement mille et une couleurs qui venaient quelque peu égayer l’austérité cléricale du bâtiment, à l’image d’un vitrail dans une église catholique. Des lumières chaleureuses habilement placées le long des murs et du plafond renforçaient ces teintes chatoyantes. Les épais tissus absorbaient aussi les sons et annulaient l’écho naturel présent dans des structures aussi grandes et vides, évitant ainsi les enfants criant un peu trop fort de distraire ses employés. Grâce à cette mise en scène, celui qui rentrait ici imaginait sans doute plus facilement une jolie histoire racontée au coin du feu qu’un sermon culpabilisant d’un prêtre un peu trop condescendant.

Kathleen commença à expliquer à Maïna ce qui les entouraient, en prenant soin d’éclaircir tous termes non-familiers pour la petite étrangère fraîchement arrivée. La directrice, à qui décidemment rien n’échappait, n’avait pas manqué d’observer la confusion de la Ni-Vanuatu, ainsi que sa difficulté à poser des questions, sans doute parce qu’un troupeau d’entre elles se bousculaient dans sa tête.

« Au rez-de-chaussée, nous avons tous les bureaux administratifs. C’est là que les adultes qui travaillent ici s’assurent du bon fonctionnement de l’institut. »

Elle montra à la recrue quelques pièces importantes, principalement celles où les agents pouvaient accéder. Elles s’arrêtèrent au cabinet médical, mais n’allèrent pas plus loin que la salle d’attente. Car d’ici émanaient trois cabinets : celui du médecin, celui du diététicien et celui du psychologue ; tous trois marqués d’une plaque. Kathleen s’était arrangée pour que chaque pièce du château soit décorée de façon à nourrir la curiosité débordante des mômes. Elle avait placardé des affiches éducatives et informatives, déposé des livres traitant de sujets divers et variés, proposé des jouets casse-tête pour qu’ils puissent remuer leurs méninges, acheté les journaux les plus récents dans les langues enseignées en classe.

Des ouvrages relativement complexes sur la médecine, la psychologie et tout ce qui touchait à la science en général s’étalaient sur la table basse au milieu de la pièce. Des chaises de différentes couleurs longeaient les murs, mais les agents s’asseyaient rarement dessus. À moins d’être réellement mal en point, ils préféraient largement s’intéresser au squelette suspendu par un portique dans le coin de la pièce, ou bien encore tout comprendre sur la digestion ou la formation des cellules, entre autres, grâces aux posters accrochés aux murs. La directrice reprit la parole :

« Tu te trouves ici dans le cabinet médical. C’est ici que tu viens si tu es blessé. Si tel est le cas, tu te rends chez le médecin. » Elle pointa vers la porte concernée « Lui-même te fera passer la visite médicale tout à l’heure… Tu as également à disposition les services d’un diététicien. Il analyse tes besoins alimentaires et vérifie que ton corps reçoit tout ce dont il a besoin pour bien grandir. Enfin, la dernière personne qui travaille ici est le psychologue. Tu peux te rendre chez lui si quelque chose te tracasse. Tu passeras chez lui également plus tard dans la journée pour qu’il puisse dresser ton profil psychologique complet. »

Kathleen marqua une pause afin de laisser à la gamine le temps d’absorber toutes les informations, et puis poursuivit.

« Tu peux venir ici jour et nuit, au moindre souci. Et s’il n’y a personne, tu peux utiliser la sonnette à l’entrée de la pièce… » Elle lui montra le petit boîtier monté à côté de la porte. « …Pour appeler quelqu’un… As-tu des questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://institut-mi6.forumactif.org
Contenu sponsorisé


On vient de loin pour le MIS !  Empty
MessageSujet: Re: On vient de loin pour le MIS !    On vient de loin pour le MIS !  G1oWK

Revenir en haut Aller en bas
 

On vient de loin pour le MIS !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A beau mentir qui vient de loin [Endy]
» Kazuo Hikari, un gars qui vient de loin !
» Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Moments difficiles pour nos vieillards!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Institute of Seafront :: The Institute - Zone Rp :: 
Le Bâtiment
 :: Le bureau de la directrice
-