Partagez | 
 

 Un petit canard au bord de l'eau...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kathleen Stevenson
Directrice
avatar
Messages : 682
Date d'inscription : 12/08/2013

MessageSujet: Re: Un petit canard au bord de l'eau...   Mar 21 Jan - 17:26

Alors que Kathleen était en train d'aider Matthias à revenir à l'eau, un de ses collègues qui n'était autre que Marcus, le professeur de tir, lui ramena un Gabriel bien amoché. Le gamin s'était visiblement battu avec rage et violence. La directrice fut prise de court : elle ne savait comment réagir. Elle comprenait la réaction de Gabriel, même s'il avait été bien sûr excessif. Mais c'était l'une des premières recrues de l'institut et elle le connaissait bien, elle savait qu'il n'avait pas un mauvais fond, contrairement à sa victime qui allait bientôt être renvoyée. Et elle devait prendre une décision immédiatement concernant le sort de Gabriel, c'était pédagogiquement indispensable pour être crédible... elle décida de ne pas donner suite, c'était le premier incident du genre et elle avait d'autres chats à fouetter pour le moment. Mais elle songea que si Gabriel se trouvait mêlé à une deuxième bagarre sur le campus, dans n'importe laquelle des situations, il serait sévèrement puni.

" - Gabriel, à la prochaine démonstration de violence de ce genre, tu en seras lourdement puni. En attendant, va te rafraîchir les idées et fais moi une dernière longueur en deux minutes, et pas une seconde de plus. Idem pour Jorgue. Lorsque vous serez arrivés au bout de l'étang le plus rapidement possible, le cours sera terminé pour vous. "

En fait, c'était un peu une course, pour faire travailler leur musculature à tous les deux. Puisqu'ils maîtrisaient la technique (Gabriel moins bien que Jorgue, mais c'était une question d'entraînement) ils allaient devoir se muscler un peu, et pour cela, rien de tel que l'entraînement. La vitesse pouvait également aider, et elle faisait confiance aux deux jeunes mâles pour entrer rapidement en compétition. C'était en quelque sorte le moment de défoulement de fin de séance... Alors que les deux garnements sautaient à l'eau, Kathleen reporta son attention sur le petit Matthias.

" - Bien, alors si tu arrives à faire une demi-largeur en longeant le bord comme tout à l'heure, tu seras tranquille pour aujourd'hui. Ne t'inquiète pas, je ne te quitte pas des yeux, je suis tout près. "

Elle posa sur Matthias son regard maternel habituel. Elle espérait sincèrement que ce dernier n'allait pas développer une peur de l'eau à cause de ce qui venait de se passer, ce serait très difficile à guérir, et la nage était indispensable dans beaucoup de missions. C'était la première fois depuis l'ouverture de l'institut qu'elle avait l'occasion de voir les capacités de résilience de ses recrues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://institut-mi6.forumactif.org
Matthias Speth
Administrateur
avatar
Messages : 1498
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 9
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Un petit canard au bord de l'eau...   Jeu 23 Jan - 22:58

Je plongeai doucement dans l’eau. Je n’avais étrangement pas trop peur, à vrai dire, malgré ce qu’il venait d’arriver. Je trouve que l’eau avait justement un pouvoir tranquillisant et reposant. J’avais l’impression de me sentir dans mon élément. Et puis, bizarrement, ce qui s’était passé me donna encore plus envie d’apprendre à nager : si je sais habillement pratiquer cette discipline, je suis apte à échapper à n’importe quel assaillant.

C’était incroyable comme MIS avait changé ma façon de penser. Bien sûr, j’étais quelqu’un de positif, mais l’histoire des camps semblait à présent si lointaine…

Soudain, Gabriel arriva, mais j’eu du mal à le reconnaître. Je savais que c’était lui, bien sûr, mais il ne ressemblait plus vraiment à lui-même. Les cheveux complètement en bataille, les yeux remplis de haine et de mépris, ses oreilles et joues rouges de colère, ou de honte, la bouche tordue en un rictus plutôt laid.

Le voir comme ça ne me plaisait pas du tout. J’étais un pacifiste moi. Je ne voyais pas l’intérêt de combattre la violence par la violence. C’était ça aussi la « magie » de MIS : on combattait autrement qu’avec des fusils sur le front.

Heureusement, il sembla se calmer en voyant Kathleen, qui détenait peut-être un certain « pouvoir » maternel à assagir les enfants turbulents. Je préférais le voir comme ça. Je ne savais pas trop que penser de ce qu’il venait de se passer, à vrai dire. Bien sûr, Gabriel avait fait ça pour moi, et j’en étais touché. Mais je n’approuvais pas ses gestes pour autant. J’avais déjà vu assez de violence pour que celle-ci ne contamine mon ami et grand-frère. C’était un côté du garçon que je refusais de voir, parce que je ne l’aimais pas, je ne pouvais pas croire qu’il avait cette violence en lui, et qu’elle ressortait parfois, comme ça. Cette fois-ci pourtant, je fus obligé à m’y confronter, parce que cette pulsion bien trop humaine était ressortie avec force.

La directrice haussa la voix après avoir contrôlé la situation pour ordonner le dernier exercice pour le groupe : une course pour les deux plus âgés, une demi-longueur pour moi. Je m’élançai. L’eau qui glissait sur mon corps était fort agréable, je trouve. Je fus porté par mes mouvements, encore forts maladroits, certes, pour arriver sans trop de peine à la moitié du bord, avant de revenir vers la directrice et sortir de l’eau, pour me précipiter vers mon essuie. Il faisait froid soudain, dehors. Le contraste était fort.


Un monde parfait? Regarde ce monde, c'est un grand carnaval !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Deschamps
Administrateur
avatar
Messages : 1351
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 24

Carnet de bord
Unité: B
Âge du personnage: 10 ans
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Un petit canard au bord de l'eau...   Lun 27 Jan - 16:42

La respiration de Gabriel commençait à se calmer, et il prenait conscience de l'horreur de ce qui venait de se passer. Malgré le froid, il était rouge de honte et aux ordres de la directrice, il plongea dans l'eau glaciale sans discuter. Il nageait avec la rage du désespoir, il revoyait les minutes écoulées et il se sentait devenir monstre. Oui, il s'était vu en train de se transformer en cette créature violente et sans pitié, en cette chose haineuse qu'il ne voulait absolument pas devenir. Il prenait conscience qu'il n'était peut-être plus trop humain, au fond. Oui, ce genre de comportement était tout sauf humain, et il le savait à présent. Il l'avait toujours su, mais parfois il perdait le contrôle totalement, comme tout à l'heure... cette facette de lui-même l'effrayait et le désespérait en même temps. Il n'arrivait pas à se reconstruire tant que ce monstre serait toujours caché en lui... mais comment s'en détacher ? C'était aussi ce monstre qui lui avait permis de survivre pendant ses quelques mois de souffrance absolue. C'était son désir de vengeance qui l'avait mené jusqu'ici, il serait mort sinon. Mais comment réapprendre à vivre avec ça, quand on savait qu'une telle vengeance s'apparentait au mal ? Comment devenir une bonne personne, quand le sentiment qui vous a sauvé devient votre pire ennemi ?

Enfoncé dans ses sombres pensées, Gabriel se débattait avec l'élément liquide avec la force du désespoir. Il donnait toute son énergie à ses mouvements, comme si cela pouvait laver son âme de la violence et du monstre qu'il était devenu. Evidemment, ses mouvements étaient brouillons et peu efficaces, mais avec une telle volonté ils commençaient à prendre forme. Gabriel, tout enfermé dans son noir esprit, ne voyait plus le paysage, si le bois autour du lac, ni son ennemi Jorgue qui l'avait distancé depuis longtemps. Une fois arrivé au bord du lac, le blondinet était tellement abasourdi qu'il ne prêta aucune attention à Jorgue, cela n'était même pas volontaire, il avait oublié la haine qu'il avait contre lui tant il était en colère contre lui-même. Il avait les yeux rouges, tout se bousculait en lui, il n'avait plus trop conscience de son corps, de son environnement. Il ne vivait plus qu'à l'intérieur de lui-même, comme enfermé dans la cage sombre qu'il s'imposait à lui-même. Il sentait même pas les frissons qui parcouraient son corps depuis qu'il était sorti de l'eau. Il remarqua à peine un mouvement à côté de lui : c'était Jorgue qui s'apprêtait à partir. Gabriel supposa furtivement que Kathleen leur avait lancé le signal de fin du cours, et qu'ils pouvaient rentrer chez lui. Alors, le garçonnet n'accorda pas un regard à son camarade, même pas un regard de haine. Il était juste vidé de toute énergie, physique comme psychologique. Il avançait tel un zombie vers le dortoir, sans aucune idée de ce qu'il allait faire une fois rentré à l'intérieur. Sûrement il s'étalerait sur son lit jusqu'au soir, sans bouger, en essayant de trouver un problème insoluble à son dégoût croissant de lui-même...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorgue Puedos
Agent prometteur
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 14/08/2013

Carnet de bord
Unité: A
Âge du personnage: 16 ans
Missions effectuées: 1

MessageSujet: Re: Un petit canard au bord de l'eau...   Mar 18 Fév - 19:16

Kathleen fut encore relativement clémente pour Gabriel. Tout dans la finesse, comme d’habitude, avec elle. C’était surement grâce à ce genre de compétences qu’elle avait pu accéder à un aussi haut poste pour une femme. C’était vraiment admirable.

Elle ne s’étendit pas plus longuement sur l’affaire, ce qui n’était pas plus mal. Mieux valait ne pas en rajouter une couche, la scène avait déjà été assez pénible. À la place, elle fit encore une longueur avec Matthias et nous demanda de faire une course à deux, pour entrainer notre musculature, bien trop peu développée, et notre vitesse. Et puis, c’était toujours amusant, n’est-ce-pas.

Enfin pour moi, du moins, parce que Gabriel effectua l’exercice de façon bien nerveuse et dans des gestes violents et presque mécaniques, comme si on avait jeté un robot à l’eau. Il ne m’accorda pas un regard, rien ; c’était assez méprisant, à vrai dire, et je ne comprenais toujours pas pourquoi il réagissait ainsi avec moi, alors que je ne lui avais rien fait ! Mais soit, le petit avait l’air d’avoir des petits problèmes intérieurs ; non pas de la folie ou de l’absurdité, mais que quelque chose dans sa vie expliquait peut-être son comportement actuel.

Y avait-il d’ailleurs un psychologue à l’institut ? Il ne me semblait pas, mais venant d’arriver, je ne pouvais en être sûr. Gabriel en aurait sans doute bien besoin.

Je me séchai tranquillement avec mon essuie tout neuf, alors que mon « camarade » blond fonça comme une flèche à travers le bois, sans même prendre la peine de se sécher. Vraiment étrange ! Matthias sortit de l’eau pas très longtemps après, je lui adressai un sourire. Il avait l’air gentil, le petit. Peut-être pourrait-il m’aider à mieux comprendre son ami, mais j’avais peur d’être trop indiscret ou trop direct, aussi, je préférai ne pas m’imposer de la sorte. Je pris mes affaires et m’en allai à mon tour vers le bâtiment, en pensant aux cours qui allaient suivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Stevenson
Directrice
avatar
Messages : 682
Date d'inscription : 12/08/2013

MessageSujet: Re: Un petit canard au bord de l'eau...   Jeu 20 Fév - 22:50

Les enfants s'exécutèrent rapidement. Kathleen ne les surveillait que d'un oeil, pour prévenir une noyade, mais c'était une surveillance purement théorique : à deux, il ne pouvait pas leur arriver quelque chose de grave, et Jorgue semblait avoir un niveau suffisant pour gérer la crise en cas de problème. Et Gabriel, même s'il était mal luné, était également assez intelligent pour se sortir d'une situation difficile, il l'avait d'ailleurs déjà fait bien des fois, c'est même ce qui l'avait amené ici avec Matthias... La directrice intercepta un regard extrêmement sombre sur le visage de Gabriel, elle ne l'avait jamais vu auparavant mais cela lui faisait froid dans le dos. Elle songea qu'il était temps de recruter un spécialiste en psychologie pour aider les enfants, qui étaient tous plus ou moins en détresse psychique - comment ne pas l'être lorsqu'on est orphelin au beau milieu d'une guerre atroce... Mais les psychologues étaient rares et il n'était pas aisé, voire impossible, d'embaucher des civils au MIS comme dans toutes les institutions des services secrets britanniques. De plus, la psychologie était une discipline totalement absente du milieu militaire, ces braves hommes courageux estimaient pouvoir régler leurs problèmes seuls et l'institution militaire dans son ensemble rejetait en bloc l'idée d'avoir recours à la psychologie, c'en était même un sujet tabou. Dans ces conditions, il était difficile de se procurer un quelconque spécialiste, même si c'était pour le MIS... Kathleen imaginait déjà les railleries du ministre si jamais elle évoquait la question - le rejet et le mépris de la psychologie dans le milieu du renseignement et de l'armée en général étaient trop forts. La directrice soupira : elle était excédée par l'entêtement et la bêtise des hommes, parfois.

Elle reporta son attention sur Matthias, qui bravait courageusement l'eau froide une dernière fois. Elle ne put retenir un sourire attendri en voyant avec quelle application il relevait ce défi, malgré l'incident qui venait d'arriver. Elle souhaitait parfois recevoir la visite des hauts gradés masculins de l'Etat : en voyant évoluer ces enfants, il était clair qu'ils étaient les espoirs de la Nation. En les voyant se battre ainsi, dès leur plus jeune âge et accomplir des prouesses que des adultes n'envisageraient même pas, elle était sûre du bien-fondé de sa mission au MIS. Ils étaient aussi forts que les adultes, mais aucun dogme n'entravait leurs actions et leur mode de pensée. Ils avaient des capacités extraordinaires qu'ils pouvaient développer sans obstacle, contrairement aux adultes qui s'imposaient des limites sociétales. Oui, les enfants étaient plus forts, plus vrais, et eux seuls étaient capables de débarrasser l'Europe du carcan dans lequel elle était enfermée. Kathleen avait hâte de pouvoir prouver au ministère à quel point elle avait raison. A cet instant, elle sentait que son institut allait se développer et rester ouvert encore quelques années. Le monde aurait toujours besoin de ces enfants exceptionnels, guerre ou pas...

Les enfants quittèrent le plan d'eau un à un. La directrice félicita Matthias pour sa traversée parfaite techniquement : il avait vraiment bien compris les mouvements. Elle le laissa rentrer au dortoir et ramassa ses quelques affaires, avant de retourner à son bureau pour terminer, encore, les paperasses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://institut-mi6.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un petit canard au bord de l'eau...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit canard au bord de l'eau...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Elim CrockWeel : Le vilain petit Canard
» L'histoire du vilain petit canard, vous connaissez ? Non ? Tant pis pour vous. (Xerxes)
» Le vilain petit canard feat. Tyler Hoechlin
» Le vilain petit canard qui devint un cygne [Carmen]
» Galerie du vilain petit canard ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Modern Institute of Seafront :: The Institut - Zone Rp :: 
Zone d'Entraînement
 :: La Rivière
-